Pour un monde sans torture ni peine de mort !
Accueil    >    Agir    >    Appels à intervention    >    Appels des mois précédents    >    Appel Urgent (Mars 2016) - RDC
Intention de prière

"Ainsi parle le Seigneur Dieu : Ne le savez-vous pas ?...

...Encore un peu, très peu de temps,...
Les sourds ... entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront. Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur, les malheureux exulteront en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans, l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal et sans raison déboutent l’innocent."

( d’après Isaïe 29, 17-21)

Appels à intervention
Actualités de l'ACAT
Samedi 10 décembre 2016 : Célébration œcuménique et rencontre-débatpour la journée des Droits de l’homme à Bruxelles

L’ACAT vous invite à célébrer la journée internationale des Droits de l’homme en l’église orthodoxe de la Sainte-Trinité et des Saints-Côme et Damien (Rue Paul Spaak 26, 1050 Bruxelles), le samedi 10 décembre 2016 de 18h à 20h.

La célébration sera suivie d’une rencontre-débat sur le thème "Droits de l’homme et privation de liberté en Belgique : respectons-nous la dignité humaine ?"

Nous espérons vous y retrouver nombreux !

La Belgique manque une occasion de ratifier le Protocole contre la Torture !

A l’occasion que l’examen par la Commission justice du parlement examinera le projet de Loi Pot-Pourri IV Le 29 novembre, l’ACAT s’associe à plusieurs autres organisations de la société civile pour dénoncer l’absence d’attention à la torture dans les discussions pour réformer le système judiciaire de notre pays.

Biram Dah Abeid : 2 RV (16 et 17 Novembre 2016)
Conférence le 30 novembre à Bruxelles : Vers l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis ? Le témoignage de Rais Bhuiyan

L’ACAT et Amnesty International s’associent à Sant’Egidio pour l’organisation cette conférence autour d’un témoignage exceptionnel, le mercredi 30 novembre à 19h à la Chapelle de la Résurrection (attention : Rais Bhuiyan s’exprimera en anglais et l’interprétation sera disponible pour un nombre de personnes très limité).

Novembre 2016 : actions et prière en faveur des détenus de Belgique

L’ACAT soutient les initiatives développées ce mois-ci concernant sur la situation dramatique des prisonniers en Belgique et vous invite vous invite à les rejoindre l’action et la prière.

Sur notre page Facebook
Appel Urgent (Mars 2016) - RDC

Huit jeunes Congolais arrêtés de manière arbitraire...

« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. »
Mt 5, 17-19

Word - 55 ko

Intervenir avant le 05/04/2016

Goma. 16 février 2016, 4.30h du matin. Huit jeunes Congolais, militants du Mouvement citoyen Lutte pour le Changem ent (LUCHA), sont arrêtés de manière arbitraire et violente (l’un d’eux a été grièvement blessé) par des policiers dans les locaux d’une association.
Rebecca Kavugho, Serge Sivya, Justin Kam bale, John Anipenda, Ghislain M uhiwa et Melka Kamundu étaient en train de confectionner des calicots en vue d’une journée « Ville morte », appelant les citoyens à rester chez eux pour protester contre le pouvoir. Le 24 février ils ont été condamnés à deux ans de prison ferme pour « incitation à la révolte », par le tribunal de Grande instance de Goma, en raison de l’organisation de cette journée particulière.
Ils sont désormais en prison. Arrêtés à l’aube du même jour dans un hôtel, Bienvenu Matumbo et Marc Héritier Capitaine ont été portés disparus trois jours durant avant d’être enfin présentés au Parquet de la commune de Gombe à Kinshasa. Tous deux se trouvent actuellement placés sous mandat d’arrêt provisoire pour « incitation à la désobéissance civique, propagation de fausses nouvelles et atteinte à la sûreté intérieure ... ».

***

Mouvement de jeunes, créé en 2012, à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, LUCHA organise des actions pacifiques (sit-in, marches, mobilisation des réseaux sociaux) sur des sujets relatifs aux droits fondamentaux des citoyens congolais (droits économiques, sociaux et politiques). Il est particulièrement populaire parmi les jeunes.

Un pouvoir de plus en plus répressif

Depuis début 2015, les autorités, utilisent les forces de l’ordre et celles du renseignement pour harceler les membres de la société civile et de l’opposition qui se mobilisent en vue du respect de la Constitution. Celle-ci ne prévoit que deux mandats présidentiels successifs. Le Président Kabila, qui achève son second mandat fin 2016, a tenté de modifier la Constitution afin de se maintenir au pouvoir. Face à la mobilisation citoyenne, ces tentatives ont échoué. Aujourd’hui, l’élection présidentielle, prévue pour novembre 2016, a été délibérément retardée. Cependant le pays risque de replonger dans l’instabilité avec des conséquences dévastatrices pour les droits de l’homme et leur respect. En RDC, en effet, les armes circulent librement et l’usage de la violence politique est endémique depuis plusieurs décennies.

Tensions et menaces

Depuis début février 2016, les actes d’intimidation envers des défenseurs actifs au sein d’organisations du collectif « Front Citoyen 2016 » se multiplient. Jean Chrysostome Kijana, (Nouvelle Dynamique de la Société Civile - NDSCI), Paul Nsapu (Ligue des électeurs -LE), Jean Claude Katende, (ASADHO), ou Floribert Anzuluni de « Filimbi » : tous sont devenus la cible de menaces violentes proférées par téléphone et SMS. Ces messages sont presque toujours anonymes. Ils visent les recommandations du Front citoyen invitant à adopter des sanctions à l’encontre de responsables qui feraient obstacle au processus électoral démocratique.
Enfin, Christopher Ngoyi Mutamba, président de Synergie Congo Culture et Développement (SCCD), enlevé le 21 janvier 2015 et détenu arbitrairement depuis, se trouve aujourd’hui dans un état critique. Il pourrait être la victime d’une tentative d’empoisonnement.

Peine de mort et Torture : OUI
et pourtant...
Partie au PIDCP, la RDC a ratifié la Convention contre la Torture en 1996 et l’OPCAT en 2006.
La torture est interdite par la Constitution.

  Imprimer

3 Messages

  • Appel Urgent (Mars 2016) - RDC Le 12 mars 2016 à 18:40, par Nicolas

    BONJOUR à chacun / chacune d’entre vous,

    Plusieurs d’entre vous m’ont signalé un dysfonctionnement du courriel de M. Kabila (appels de février et mars 2016). Les adresses émanent pourtant de sources officielles habituelles.
    Mais en effet, le site serait en cours de mise à jour ou que sais-je...

    Le plus simple semble d’envoyer un fax : +243 88 02 120 ou un courrier postal.

    autres solutions :
    - aller sur le site https://www.primature.cd et d’ utiliser l’adresse suivante contact@primature.cd, primaturerdc@yahoo.fr, cabinet@primature.cd ( peut-être mettre en copie ou modifier le destinataire de la lettre ainsi "Monsieur le premier ministre")

    - aller sur le site- portail de la RDC http://www.presidentrdc.cd/ , aller dans contacts et puis dans e-mail (icône) et là remplir les zones prévues à cette fin.
    L’ennui c’est que l’on doit révéler ses propres coordonnées.

    Ou encore ce site
    http://pragmora.com/takeaction/drcongo/kabila-be-a-hero/email-kabila/ semble explicitement destiné à l’envoi de doléances.

    En espérant vous avoir renseigné, merci

    Répondre à ce message

Répondre à cet article